9 Allée Yves du Manoir, 92290 Chatenay-Malabry assesdd.asso@gmail.com +33(0)981697569

Bénévole ou volontaire en association ?

Au cours de notre vie, il arrive un moment où nous ressentons le besoin d’exprimer notre solidarité envers les autres, ou alors le besoin de donner du sens au quotidien à nos actions. C’est à ce moment là que nous nous tournons vers les acteurs du monde associatif, la plupart du temps, pour identifier ce qui répondrait le mieux à cet appel du cœur et/ou de la conscience.

Si la forme qui répond le mieux à votre besoin est un engagement dans une association, il est important de savoir qu’en France vous pouvez opter pour le bénévolat ou le volontariat. En effet le statut de bénévole se distingue nettement du statut de volontaire dans le cadre juridique français.

Le site gouvernemental « associations.gouv.fr » nous apporte une information assez bien détaillée sur ce sujet.

LE BÉNÉVOLAT

On peut définir les bénévoles d’association comme des personnes qui consacrent une partie de leur temps, sans être rémunérées, aux activités de l’association.

En raison de l’importance qualitative et quantitative qui s’attache à leur intervention, la loi leur offre un certain nombre de garanties, sur le plan notamment de la protection sociale, des congés ou autorisations d’absence, des possibilités de remboursement des frais engagés pour la mise en œuvre de leurs activités bénévoles, ou de la compatibilité entre certaines situations (retraité, préretraité, chômeur) et l’exercice d’activités bénévoles.

Cas particulier de cumul : bénévole et salarié

En dehors des activités qu’ils effectuent au profit des associations, les bénévoles peuvent être salariés (dans d’autres entreprises). Ils peuvent être amenés en raison de ce cumul de statut à respecter certaines règles. Le salarié exerce son activité de bénévole de manière à ne pas créer d’incidence sur son activité salariée : travail associatif en dehors du temps de travail salarié, pas d’utilisation de son cadre de travail ni de ses équipements de salarié pour les besoins de l’activité bénévole, etc. De manière générale, le travail associatif ne doit pas faire concurrence au travail salarié.

Le Code du travail français contient, par ailleurs, des dispositions permettant au salarié de trouver le temps nécessaire pour se former ou pour exercer son activité bénévole ; notamment :

  • Les congés ou autorisations d’absence au bénéfice du bénévolat,
  • La formation professionnelle tout au long de la vie (formation continue).

 

LE VOLONTARIAT

Le volontariat est défini par les éléments suivants :

  • Le volontaire s’engage d’une manière formelle (par contrat), pour une durée limitée, à temps plein, pour une mission d’intérêt général,
  • Le volontaire, en contrepartie de cet engagement, perçoit une indemnité qui n’est pas assimilable à un salaire,
  • Le volontariat est dérogatoire au code du travail,
  • Le contrat de volontariat n’implique pas de lien de subordination.

Différentes modalités et formes de volontariat existent, permettant aux jeunes de s’engager dans des projets, en France ou à l’international, en faveur de l’intérêt général.

Le service civique
Le service civique peut prendre différentes formes. La forme principale est l’engagement de service civique, ouvert aux jeunes âgés de 16 à 25 ans et donnant lieu à une indemnité prise en charge par l’État. La loi du 10 mars 2010 prévoit que le service civique peut également prendre la forme d’un volontariat associatif pour les personnes âgées de plus de 25 ans. Il consiste en une mission d’intérêt général effectuée à temps plein pendant 6 à 24 mois, en France ou ailleurs dans le monde, dans une structure agréée par l’Agence du service civique.
www.service-civique.gouv.fr

Le volontariat franco-allemand – VFA
Associations françaises et allemandes envoient et accueillent simultanément un ou plusieurs jeunes volontaires et assurent leur accompagnement en concertation. Le volontariat franco-allemand est donc basé sur la réciprocité et le partenariat associatif.
Pour les jeunes Français ou résidents en France, ce volontariat prend la forme d’un service civique effectué en Allemagne, en réciprocité avec de jeunes Allemands qui font la même expérience d’engagement en France.
www.service-civique.gouv.fr
www.ofaj.org

Le service volontaire européen – SVE
Destiné à encourager la mobilité des jeunes de 18 à 30 ans, le SVE leur permet de se mettre au service d’un projet d’intérêt général à l’étranger durant 2 à 12 mois, et de vivre une expérience formatrice, de développer leur citoyenneté active et de faire preuve de solidarité, de découvrir une autre culture, une autre langue, etc.
www.jeunesseenaction.fr

Le volontariat de solidarité internationale – VSI
Le volontariat de solidarité internationale consiste en un engagement d’une personne majeure pour une mission de développement ou d’urgence humanitaire dans un pays du Sud ou de l’Est, au sein d’une association reconnue par l’Etat et agréée, pour un temps déterminé. Ce volontariat est un engagement à l’international du service civique. www.france-volontaires.org, www.clong-volontariat.org

Le volontariat international en entreprise – VIE
Destiné principalement aux étudiants, jeunes diplômés, ou chercheurs d’emploi, de 18 à 28 ans, le Volontariat International en entreprise permet au volontaire d’effectuer une mission d’ordre commercial, technique ou scientifique au sein d’une entreprise française à l’étranger, pendant 6 à 24 mois. http://www.businessfrance.fr – www.civiweb.com

Le volontariat international en administration – VIA
D’une durée de 6 à 24 mois, le volontariat international en administration (VIA) s’adresse aux jeunes de 18 à 28 ans désirant participer à l’action de la France dans le monde en matière d’action culturelle, de protection de l’environnement, de développement technique, scientifique et économique, et d’action humanitaire. www.civiweb.com

Le volontariat pour l’insertion – Défense 2e chance
Le volontariat pour l’insertion, dispositif « Défense 2ème chance » (D2C), permet aux jeunes de 18 à 21 ans en échec scolaire ou en difficulté d’insertion sociale et professionnelle, de bénéficier d’une formation durant 6 à 24 mois. www.defense.gouv.fr

Le volontariat de sapeur-pompier
Ce sont des hommes et des femmes, citoyens ordinaires, qui, en parallèle de leur profession ou de leurs études, tout en tenant compte de leur vie familiale, ont choisi de conserver une disponibilité suffisante pour répondre immédiatement à toute alarme émise par le centre de secours dont ils dépendent. Ils suivent régulièrement des formations et peuvent assurer tous les types de missions incombant aux services d’incendie et de secours. Ils perçoivent une indemnité sous forme de vacations horaires ainsi qu’une « prestation de retraite » lorsqu’ils ont accompli au moins 20 ans de service. www.pompiers.fr

Uniquement bénévole à l’AssESDD mais…

La jeune association AssESDD (4 ans) est reconnue d’intérêt général, mais ne dispose pas encore d’une organisation et des moyens compatibles avec l’accueil, l’accompagnement et la prise en charge des volontaires qu’elle envisagerait d’accueillir. C’est une condition nécessaire pour obtenir l’agrément requis pour l’accueil de volontaires. En venant agir au sein de l’AssESDD, seul le statut de bénévole sera possible, mais la satisfaction d’aider les autres et la quête de sens seront bien au rendez-vous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *